Comment être visible sur le web en 2019

Dans tous les secteurs d’activités, le mot référencement fait partie des leviers incontournables de l’année 2019. Parmi l’ensemble des techniques qui permettent d’optimiser sa place dans les pages de résultat des moteurs de recherche, certaines vont être plus utilisées que d’autres. Google semble avoir pris ses orientations et il faudra suivre l’actualité de près dans les mois qui suivent. Alors que certains spécialistes en SEO annonçaient la fin de la discipline, d’autres en revanche évoquent une profonde mutation vers le développement de branches presque autonomes.

S’adapter au mobile

Nous savons tous que Google prend très au sérieux l’expérience utilisateur. Le « responsive design » fait d’ailleurs partie des nombreux critères de son algorithme de pertinence. Si le fait de favoriser durant un temps les sites « mobiles » a été un échec, prendre en compte le fait qu’une interface de site web peut s’adapter à différentes tailles d’écran est devenu un principe de base du SEO. D’ailleurs, l’utilisation du smartphone pour les connexions devient plus répandue qu’avec un ordinateur. Dans une agence de référencement digne de ce nom, on parle donc désormais de « mobile first » pour la conception du design des sites web.

Travailler le référencement local

C’est l’un des plus grands enjeux en matière de référencement cette année. Premièrement, la majeure partie des entreprises qui vont se lancer dans une stratégie de communication web seront des TPE-PME. La plupart d’entre elles auront des besoins très précis pour le SEO local. Ensuite, parce que l’Union européenne va être de plus en plus regardante sur l’utilisation des données personnelles. Or, Google sera peut-être amené à utiliser davantage les critères de géolocalisation au détriment de l’historique personnel de navigation pour proposer des résultats de recherche.

Faut-il encore faire du Netlinking

Le backlink restera encore et toujours un important levier de référencement d’un site web. Aujourd’hui néanmoins, Google surveille de très près les PBN. Par conséquent, s’engager dans une telle stratégie nécessite d’une part de faire appel aux bons professionnels, qui travaillent en partenariat avec des sites de confiance et qui proposent de publier des contenus qualitatifs. Aujourd’hui, le lien ne vaut rien s’il n’est pas inséré dans un texte de qualité, et cela relève d’un véritable travail d’équipe.

Travailler le SMO

Ce nouvel acronyme est venu s’ajouter au duo SEO/SEA pour désigner les techniques d’optimisation en matière de référencement sur les réseaux sociaux. Premièrement, force est de constater que cette discipline prend de plus en plus d’autonomie par rapport au reste des référenceurs professionnel. Néanmoins, il n’est pas question de cloisonner les deux domaines pour autant, car les réseaux sociaux génèrent du backlinck et du trafic pour les sites et inversement. Bref, vous l’aurez compris, chacun aura sa spécialité, mais ils s’apporteront beaucoup mutuellement.

Qu’en est-il du SEA ?

L’advetising a encore atteint des records cette année, notamment pendant la période des fêtes. Néanmoins, celui qui se démarque tout particulièrement par une croissance vertigineuse, c’est le SEA sur les réseaux sociaux et plus particulièrement sur Facebook. En effet, plus de 5 millions d’entreprises ont utilisé la publicité sur ce réseau en 2017, et les chiffres sont encore largement en hausse. C’est effectivement un levier marketing abordable pour les TPE-PME aux vues de la faible moyenne du coût par clic d’une campagne sur Facebook add.

Par Polymeta News Entreprise 0 commentaires

0 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *