La banque centrale européenne lance le virement instantané

Aurait-on finalement trouvé l’alternative pour ne plus se faire indéfiniment écraser par les grandes entreprises de la Tech qui investissent de plus en plus dans l’économie numérique ? La Banque Centrale Européenne (BCE) a lancé le vendredi 30 novembre à Rome, son service de paiement instantané à l’endroit des clients de la zone euro. Un coup d’envoi qui se veut une réponse aux mastodontes Apple, Amazon, Google ou Alibaba.

L’Europe bancaire a son service de transfert d’argent rapide

Le service est utilisable par les particuliers et les entreprises de la zone euro. Développé sous peu, ce système baptisé TIPS (Target instant payment settlement) permettra de se transférer de l’argent en moins de 10 secondes, à tout moment de la journée, et ce de n’importe quelle partie de l’Europe. La technologie mise en ligne en cette fin du mois de novembre a déjà enregistré ses toutes premières transactions avec succès. Selon l’institution européenne, le TIPS est fonctionnel 365 jours sur 365, donc tout au long de l’année, via un ordinateur, une tablette ou un Smartphone.

Des implications très pratiques dans le quotidien

Pour régler ses achats dans une grande surface, ou faire le plein de l’essence à la station-service, ou encore envoyer quelques euros d’argent de poche à son enfant, le TIPS permet une grande rapidement de transfert quasi-instantané. Pour l’heure, cette innovation ne concerne que l’euro, mais d’autres devises en cours d’utilisation dans les pays de l’Union européenne pourront aussi prochainement faire partie du dispositif, rassure la BCE.

La particularité du service est que les sommes d’argent qui circuleront proviendront des comptes d’établissements bancaires ouverts auprès d’une banque centrale, ce qui a l’avantage de permettre une quasi-gratuité des transactions. Des offres à caractère national qui concernent les membres d’une même communauté.

Plusieurs banques ont déjà adopté la solution TIPS

Certes, de nombreuses applications de paiement express en ligne existent et fonctionnent déjà dans la zone euro (Paylib en France), mais la stratégie que prône la BCE est la mise à disposition d’un outil commun qui évite d’évoluer en rang dispersé. En d’autres termes, la Banque centrale européenne livre la plate-forme, et il revient ensuite aux établissements bancaires d’adopter le produit TIPS et de choisir la formule sous laquelle ils veulent le proposer à leur clientèle. En plus de la Natixis et de la CaixaBank, six autres banques, Allemandes et Espagnoles, ont déjà adopté cette technologie.

L’idée est de faire barrage au rouleau compresseur du GAFA et leurs différents services de paiement express en ligne, notamment Google Pay et Apple Pay, ainsi qu’à l’extension en Europe de la solution Alipay des géants chinois. Mais également, de concurrencer les grandes multinationales américaines du paiement par carte bancaire Visa et Mastercard qui dominent fortement le marché européen du paiement express, ainsi que le service en ligne PayPal.

0 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *