Des repas livrés par drone d’ici quatre ans pour Uber

Uber se lance dans la livraison par drones, afin de livrer salades, bowls et autres burgers végans à toute heure.

Une entrée en matière discrète

C’est dans une annonce repérée par le Wall Street Journal qu’Uber a partagé quelques informations : l’entreprise américaine évoquait les “normes de vol et formation” pour un poste basé à San Francisco. L’information n’a pas tardé à circuler, évidemment.

Un calendrier et quelques informations

Le nom de code du projet en interne : UberExpress. Encore plus rapide qu’UberEats on imagine ! Livraison en 5 minutes entre le Subway le plus proche et le bureau ? Pas impossible !

L’entreprise a pourtant conscience des difficultés auxquelles elle va faire face puisque l’offre d’emploi mentionnait notamment que la personne devrait mettre en place des normes et des procédures en plus de formations afin de réduire les risques opérationnels d’UberExpress. On imagine aisément le problème qu’il y aurait à faire voler un drone au-dessus de la ville pour chaque plat thaïlandais commandé à Paris…

En attendant, l’entreprise souhaite créer un service “sûr, légal, efficace et capable de croître rapidement” d’après les termes de l’annonce publiée. On souhaite en effet que ce type de service ne cause pas d’accidents qui auraient pour principale justification le fait d’être livré plus rapidement. Les accidents des coursiers livreurs des différents services actuels sont déjà trop nombreux et rappellent que leur situation est extrêmement précaire en dépit des débats sur la question.

Un projet qui ne date pas d’hier

Le CEO d’Uber, l’Américain d’origine iranienne Dara Khosrowshahi, avait déjà évoqué le projet en mai 2018 lors d’un entretien accordé à Bloomberg. Il avait fait clairement part de son avis sur la question : “Nous avons besoin de burgers volants”. Selon lui, le délai de livraison par drone serait de 5 à 30 minutes.

L’idée était dans l’air depuis quelques temps avec notamment la vidéo largement diffusée du service Prime Air d’Amazon. On y voyait une famille émerveillée de recevoir son colis, et effectivement ce genre de projets nous amène à prendre conscience des nombreuses évolutions technologiques en cours. Le rêve croise la réalité.

La suite ?

Le porte-parole d’Uber contacté à propos de ce projet suite à la publication de l’annonce a déclaré que celle-ci “ne reflétait pas entièrement le programme, qui en est encore à ses débuts”.

En attendant, d’autres entreprises ont déjà testé des programmes de livraison par drones dans différents pays mais les législations ne permettent pas encore de faire voler ces drones au dessus des rues, encore moins lorsqu’ils transportent des colis (qui tachent ou non d’ailleurs).

Seules des expérimentations sont permises, et c’est notamment le cas à San Diego où Uber doit faire ses tests en respectant les normes d’un programme fédéral. L’entreprise américaine s’active maintenant pour développer le transport aérien. Lors de la conférence annuelle de Los Angeles organisée au printemps, Uber a ainsi dévoilé des projets de taxis volants. Affaire à suivre…

Par Polymeta News NATU 0 commentaires

0 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *