Comment l’affichage physique a-t-il su se réinventer ?

Ces dernières années, l’affichage physique a connu une transformation énorme. Face à l’avènement du numérique, la papier a dû reculer pour laisser la place à de nouvelles surfaces d’affichage, offrant des possibilités à la pointe de la technologie.

Des affichages digitaux

Peut-être avez-vous entendu parler d’affichage OOH ou DOOH ? Ce sigle signifie Digital Out Of Home, et désigne l’affichage publicitaire sur écrans digitaux. Il se trouve dans l’espace public ou commercial, en tout cas hors des foyers. Les écrans peuvent être placés en extérieurs, dans les rues, ou dans des espaces intérieurs : cinémas, gares, supermarchés,… Il peut occuper une place énorme, ou être très discret, comme sur les écrans des pompes à essence ou ceux des distributeurs de billets. De belles offres sont maintenant disponibles dans toute la France, que ce soit dans l’affichage publicitaire, à Paris ou encore à Marseille.

Si cette forme d’affichage est en train de devenir la norme, c’est en grande partie parce que son coût de mise en place est pratiquement nul. Il suffit de passer par un serveur publicitaire d’affichage pour modifier l’image de l’écran. Il n’y a plus besoin de payer un service d’impression, un employé pour changer les affiches… Puisque l’affichage est moins cher, plus d’annonceurs y ont accès. C’est une forme de démocratisation de l’espace publicitaire.

L’utilisation d’écrans offre également de nouvelles possibilités. Par exemple, les publicitaires ont développé la notion de boucle d’affichage, qu’on trouvait déjà dans la technique des affiches papiers déroulantes. Avec le DOOH, les boucles peuvent être mieux contrôlées, plus longues, desservir plus de publicités. Les spots publicitaires sont également permis par la digitalisation de l’affichage : un spot publicitaire inséré dans une boucle.

Grâce à la facilité de modification et de mise en place des publicités, les messages peuvent être aisément adaptées. Par exemple, les écrans publicitaires dans un aéroport pourront diffuser différentes images en fonction des vols sur le départ.

Des affichages interactifs

Un des énormes avantages de l’affichage digital, c’est de pouvoir être en mouvement. Quand les premières publicités en mouvement sont apparues, dans les gares et métros notamment, l’audience était bouche bée. La modernité même faisait son entrée.

L’affichage digital permet en outre aux annonceurs d’utiliser des technologies avancées comme celle de l’écran interactif, qui adapte le message publicitaire en fonction des présences qu’il détecte en face de lui. Il peut d’un côté enregistrer des données (trafic, vitesse de passage, temps de lecture, intérêt) et modifier son message en fonction. Certains écrans proposent de contextualiser le message pour plus d’impact. Le spectateur aura plus d’intérêt pour une image qui le concerne. Ainsi, certaines campagnes se contextualisent en temps réel par rapport à la météo, ou en fonction de moments très précis comme une éclipse ou le passage d’un avion au-dessus du panneau.

Les possibilités d’interactions en elles-mêmes avec l’audience, en direct, sont très nombreuses. Les écrans peuvent être tactiles, utiliser des flaschcodes, des détecteurs de mouvement, des caméras, des capteurs qui reconnaissent certaines caractéristiques des spectateurs,… Certains poussent les possibilités vers l’infini, comme l’affiche « buvable » de Coca Cola Zero. Des miroirs digitaux dans les magasins reconnaissent les vêtements avec des étiquettes connectées et proposent au client des façons de le porter.

Adopter l’affichage digital et dynamique, c’est accepter une nouvelle interaction avec sa clientèle, désirer une relation plus profonde et directe avec elle.

Par Polymeta News France 0 commentaires

0 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *